Home

écoutez la radio ici

Tél: 0012063171680

Skype: radiosanseffet.com1

Bienvenue à la radiosanseffet

BIENVENUE A LA RADIOSANSEFFET

Mua ngaza mua Congo », la source interissable, « la lumière », « omeki pe okangami », elle vous

accueille et vous introduit dans le monde de son, de la puissance de la parole, une parole créatrice

et celui du pouvoir des mots et de la passion pour les dire

« On clame sans fin contre les passions, on leur impute toutes les peines de l'homme, et

l'on oublie qu'elles sont aussi la source de tous ses plaisirs » (Denis Diderot).

RADIO SANS EFFETS vous souhaite, à vous, chers auditrices et auditeurs, la bienvenue à

l’écoute de votre radio, radio « ya beno », radio « wetu », radio « ya ba mpangi ya munu »,

radio « na bino », « ya biso nyonso ».

Oui, une radio pour un peuple congolais libre, souverain et grand, la radio qui donne

la parole aux filles et au fis du pays de la RD-Congo et à ses amis pour la défense de

l’intégrité et de la souveraineté de la République Démocratique du Congo, RD-C- « eloko ya makasi »

« Telema », « Bolala te », « lamuka », debout peuple congolais car l’Afrique, disait Franz Fanon, a

la forme d’un revolver dont la gâchette se trouve placée au Congo-Démocratique.

 

 

RADIO SANS EFFETS, la Gâchette du Congo

 

 

Invite du Jour

Actualites

RDC : des avis partagés après le découpage de l’Equateur

 

 

Les habitants de l’Equateur ne parlent pas le même langage après le découpage effectif de leur province. S’exprimant dimanche 12 juillet à Radio Okapi, certains saluent cette idée et estiment que ce démembrement va rapprocher les dirigeants des administrés. D’autres par contre craignent de tomber dans le clivage ethnique qui plongerait la province dans la misère.

Samedi 11 juillet dernier, les députés provinciaux ont, à l’unanimité, pris acte du rapport de la commission de démembrement de cette grande province.

Au cours de la dernière plénière de cette assemblée, consacrée à cette matière, les élus de cette province ont acté la naissance immédiate de cinq nouvelles provinces : l’Equateur, la Mongala, la Tshuapa, le Nord-Ubangi et Sud-Ubangi.

Certains Equatoriens ont apprécié cette idée.

« C’est une bonne chose. Nous devons respecter les normes, descendre dans nos bases, organiser une session extraordinaire et élire un nouveau gouverneur dans les 15 jours », a affirmé un habitant de l’Equateur.

Une autre habitante a estimé que le chef de l’Etat « a distribué à chaque province des provinces ».

« Il appartient à chaque province de voir comment rendre des comptes », a-t-elle ajouté.

D’autres par contre s’inquiètent de la mauvaise gestion et de risque de clivage.

« Je connais les comportements ces gens. Ils peuvent tout bousiller. Il y a eu des erreurs en 1960 lorsqu’il y a eu découpage et nous ne voulons pas que ça se répète. Nous restons unis et nous faisons tout chacun dans son secteur pour le développement de la grande province de l’Equateur », a indiqué un sexagénaire.

Après le découpage de la province de l’Equateur, les sessions extraordinaires sont prévues entre le 21 et 23 juillet. Les députés issus de l’ancienne assemblée provinciale iront chacun dans sa nouvelle province. Les plus âgés dirigeront les nouvelles assemblées provinciales en attendant les élections provinciales d’octobre prochain. Ces assemblées éliront les gouverneurs qui seront remplacés après le vote qui sera organisé par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) dans les jours qui viennent.​

 

 

Walikale : création des groupes d’auto-défense pour combattre les groupes armés

 

 

Des habitants du territoire de Walikale au Nord-Kivu créent depuis quelques temps des groupes d’auto-défense populaires, notamment dans le village Kampala. Selon eux, c’est pour lutter contre l’activisme des groupes armés nationaux et internationaux dans cette entité administrative. Le comité international de la croix rouge (CICR) qui a livré cette information dimanche 12 juillet dénonce l’enrôlement des enfants dans ces groupes.

Selon les habitants, ces groupes d’auto-défense sont créés suite à l’insuffisance d’effectifs des policiers et militaires dans ce village de Walikale.

De son côté, le CICR sensibilise les combattants à démobiliser des enfants des groupes armés pour la vie civile, à travers son programme de protection de l’enfant.

Le CICR encadre aussi certains enfants pour les dissuader à appartenir à une milice.

Une fois démobilisés, ses enfants s’occupent des activités ludiques notamment le sport et ceux qui sont en âge avancé sont orientés vers des travaux manuels.

Dans le village Kampala, ce programme du CICR a commencé depuis le mois de mars dernier et plusieurs enfants démobilisés en profitent par l’encadrement de la jeunesse de la Croix Rouge du Congo sur place.

La réinsertion communautaire n’est toujours pas facile pour ces ex-soldats. Il y en a qui sont stigmatisés par certains villageois dans cette partie de Walikale.​

 

 

 

 

SUIVEZ L´ACTUALITES EN VODEOS

Jean-Claude mvuemba dit non a Kanambe

Fayulu a ndimi dialogue?

Copyright @ All Rights Reserved