Accueil

SUIVEZ-NOUS 24/24

BIENVENUE A LA RADIOSANSEFFET

 

La radiosanseffet ou au commencement était la parole, et la parole était avec RADIO SANS EFFETS, « la dame de fer », expression bien contrôlée, de la presse congolaise en ligne, « Maman lumière », « Mua ngaza mua Congo », la source interissable, « la lumière », « omeki pe okangami », elle vous accueille et vous introduit dans le monde de son, de la puissance de la parole, une parole créatrice et celui du pouvoir des mots et de la passion pour les dire.

 

« On clame sans fin contre les passions, on leur impute toutes les peines de l'homme, et l'on oublie qu'elles sont aussi la source de tous ses plaisirs » (Denis Diderot).

 

RADIO SANS EFFETS vous souhaite, à vous, chers auditrices et auditeurs, la bienvenue à l’écoute de votre radio, radio « ya beno », radio « wetu », radio « ya ba mpangi ya munu », radio « na bino », « ya biso nyonso »

 

Oui, une radio pour un peuple congolais libre, souverain et grand, la radio qui donne la parole aux filles et au fis du pays de la RD-Congo et à ses amis pour la défense de l’intégrité et de la souveraineté de la République Démocratique du Congo, RD-C- « eloko ya makasi » « Telema », « Bolala te », « lamuka », debout peuple congolais car l’Afrique, disait Franz Fanon, a la forme d’un revolver dont la gâchette se trouve placée au Congo-Démocratique

 

RADIO SANS EFFETS, la Gâchette du Congo Maman lumière.

 

RADIO SANSEFFETS ou au commencement était la parole, et la parole était avec RADIO SANS EFFETS, « la dame de fer », expression bien contrôlée, de la presse congolaise en ligne.

 

Invite du jour en direct sur la radiosanseffet

Suivez la radiosanseffet par vos telephones portables, ipad, iphone , tablette

Nous vous disons Courage , tenez-bon , la paix reviendra au nom de Jesus et nous disons Amen

Ecoutez les chasons de Maman Lumière Mwangaza Mwa Congo

Briser l´intimidation

La perseverence

Le silence

Actualités politique

Nord-Kivu : la Société civile dénonce de «possibles» recrutements de jeunes par l’ex M23

Copyright © Radiosanseffet.com

WWW.RADIOSANSEFFET.COM

ACTUALITES EN VIDEOS

 

Contactez- nous si vous voulez etre recu comme invité. Sauf des collabos !!!

La société civile du Nord-Kivu soupçonne d’anciens membres de l’ex rébellion du M23 de procéder au recrutement de jeunes dans le Rutshuru, au Nord-Kivu. Dans un communiqué publié mardi 7 octobre à Goma, cette structure appelle la communauté internationale et le gouvernement congolais à enquêter sur ces «possibles» recrutements. De son côté, la Monusco assure n’avoir trouvé aucune trace de ces recrutements après des missions de vérification et de reconnaissance.

Selon des sources locales à Rutshuru, deux personnes ont été interpellées mardi soir par les services de sécurité, au chef-lieu du territoire. Elles auraient été surprises en pleine réunion sur un probable retour de l’ex-M23.

Il s’agirait de Patrice Tambuka, la soixantaine, infirmier dans un centre de santé de Kiwanja, à 3 km de Rutshuru-centre, et Roger Hatuma, ancien chef de cité de Kiwanja, sous l’occupation du M23.

Les suspects auraient été entendus le même jour par les services de sécurité, et seraient toujours en détention.

Plusieurs jeunes, qui participaient à cette rencontre, auraient pris la poudre d’escampette à l’arrivée des forces de sécurité, confirment les mêmes sources.

Depuis environ un mois, des sources locales rapportent des recrutements de jeunes par des partisans de l’ex-M23 à Rutshuru.

Selon la société civile du Nord-Kivu, ces mouvements de recrutement sont signalés à Katale et Buvunga, dans le groupement de Kisigari, en chefferie de Bwisha, où plusieurs personnes auraient été contactées pour le compte du M23.

Simples rumeurs, selon la Monusco

La Mission de l’Onu en RDC (Monusco) dit avoir reçu des informations selon lesquelles des éléments de l’ex M23 auraient été vus en groupes assez grands, de 100 personnes dans un cas, et de 150 personnes dans un autre.

Au cours de la conférence hebdomadaire des Nations Unies mercredi 8 octobre, le chef du bureau de la mission à Goma, Ray Torres, a estimé que, pour l’instant, ces allégations restent de simples rumeurs.

«La brigade Nord a dépêché plusieurs missions de vérification et de reconnaissance sur ces endroits, héliportées et à pied, et rien n’a pu être observé», a-t-il expliqué.

Ray Torres n’exclut pas la possibilité qu’il y ait des éléments M23 qui se soient infiltrés dans ce secteur, mais il affirme que la Monusco n’en a trouvé aucune trace.

«Donc, pour l’instant, notre conclusion, c’est que ce sont des rumeurs, peut-être basées sur des craintes, peut-être basées sur des mouvements isolés de quelques personnes», a-t-il ajouté.

Le chef du bureau de la Monusco à Goma encourage tout de même les gens à apporter des informations à la Monusco, mais il les invite, au préalable, à les vérifier.

Kinshasa : des «logements sociaux» hors de prix à la Fikin

Mille logements dits «sociaux» doivent être construits dans l’enceinte de la Foire internationale de Kinshasa (Fikin). D’après la maquette, au moins 15 immeubles de 9 étages seront construits. Seulement, les acquéreurs potentiels devront verser au moins 217 000 dollars US pour un appartement de deux chambres, un salon, plus la salle de bain. Un montant que beaucoup jugent exorbitant pour des logements sociaux.

Ces 15 immeubles comporteront 60 appartements, deux tours d’un hôtel 5 étoiles et plusieurs villas.

Leur construction est confiée à la Société immobilière du Congo (Sic), joint-venture créée entre la China communication construction company et la Foire Internationale de Kinshasa.

Son capital est d’environ 21 millions et demi de dollars américains, dont 20% apportées par la Fikin.

Et l’article 6 du protocole d’accord signé en 2012 par les deux parties prévient que tout financement, en dehors du capital social effectué par la société chinoise, sera considéré comme prêt remboursable en priorité avec les recettes provenant des revenus des maisons.

Tout prête à croire que cette cité sera construite presque entièrement avec le financement chinois, donc privé. Ce qui explique, peut-être, le coût élevé de ces logements dits «sociaux».

En effet, l’appartement de deux chambres et un salon coûte entre 217 et 227 000 dollars américains ; celui de trois chambres, entre 280 et 320.000 dollars américains. Et pour une villa, il faut disposer d’au moins un million de dollars américains.

Un acompte est exigé pour souscrire à ces logements, et le souscripteur a jusqu’en 2016 pour épurer sa créance.